Nouvelle-Zélande | Cap Palliser, la pointe sud de l’Île du Nord

Le temps d’un weekend, nous avons pris la route pour partir à la découverte des paysages et de la faune de la pointe sud de l’Île du Nord.
Pour rejoindre Cap Palliser depuis la capitale, il suffit d’emprunter la SH2 en passant par Featherston. A mi-chemin entre Welly et Cap Palliser, et ce en faisant un petit détour de quelques kilomètres, je vous conseille de faire une pause gourmande dans la capitale de la belle région viticole de Wairarapa, Martinborough. Cette petite ville charmante, avec ses boutiques et ses nombreux magasins regorgeant de produits frais et locaux vaut vraiment le détour !
De Martinborough, il ne nous a fallu qu’une petite heure de route pour rejoindre enfin notre destination, Cap Palliser. Quelques kilomètres avant d’atteindre le célèbre phare aux rayures rouges et blanches, arrêt obligatoire sur le bord de la route pour observer l’une des plus grandes colonies d’otaries à fourrure de l’Île du Nord.

LES OTARIES A FOURRURE

Nous étions en fait dans la réserve de Matakitaki-a-kupe où les otaries à fourrure vivent toute l’année et s’y reproduisent entre novembre et janvier. L’otarie à fourrure de Nouvelle-Zélande est reconnaissable grâce à son nez pointu, ses longues moustaches, ses petites oreilles et sa fourrure.
Afin de photographier ces animaux sans trop les déranger, j’ai utilisé mon objectif 70-200 sur mon boîtier 5D. Nous avons de la chance car en plus des otaries adultes, il y avait des bébés qui tétaient leurs mères, barbotaient dans l’eau des piscines naturelles et prenaient des bains de soleil.
Les conditions météo étaient optimales et nous avons ainsi pu observer et photographier cette colonie tranquillement. Mis à part la vingtaine d’otaries, très peu de monde autour de nous. Ce jour-là nous n’avons croisé que quelques personnes venues elles aussi observer les animaux.

Quelques règles à respecter si vous souhaitez vous aussi observer les otaries à fourrure dans de bonnes conditions:

– Ne vous approchez pas trop près des animaux et laissez toujours quelques mètres de distance entre les animaux et vous.
– Veillez à ne pas vous retrouver entre une mère et son petit ni à vous mettre entre les otaries et l’océan
– Ne réveillez pas une otarie qui dort au risque de vous faire mordre
– Faites attention où vous mettez les pieds pour ne pas risquer de marcher sur un animal !

LE PHARE DE CAP PALLISER

Après la colonie d’otaries à fourrure, le Phare de Cap Palliser. Construit en 1897, l’unique phare à rayures rouges et blanches de Nouvelle-Zélande est aujourd’hui entièrement automatisé et géré depuis Wellington.
Perchée sur son promontoire rocheux 78 mètres au dessus du niveau de la mer, la tour de métal rayée, haute de 18 mètres, domine la baie de Palliser et le Cook Strait. 250 marches abruptes plus tard, la vue est encore plus spectaculaire qu’elle en avait l’air depuis le parking. Par temps dégagé, il est même possible d’apercevoir, au loin, les montagnes de l’Île du Sud. L’accès à la plateforme du Phare est gratuit mais sachez qu’il est impossible de rentrer à l’intérieur de l’édifice.
Attention si vous êtes sujet au vertige car la descente est assez impressionnante et l’étroitesse de l’escalier ne laisse guère de place lorsque 2 personnes se croisent !

FREE CAMP AVEC VUE

Un free camp, un spot de surf, de la bière artisanale et une golden hour qui sublime tout, voilà la recette d’une bonne soirée !
Nous avons dormi tout près d’une plage très prisée des surfeurs et le moment où la lumière dorée se reflétait sur l’océan était magique. J’ai passé de longs moments sur la plage a essayer de capter au mieux cette lumière incroyable et ses effets sur les vagues.

LES PINNACLES DE PUTANGIRUA

Le lendemain, avant de repartir sur Welly, nous sommes allés découvrir la Putangirua Pinnacles Scenic Reserve. Les amateurs de la Trilogie du Seigneurs des Anneaux viennent ici pour partir sur les traces d’Aragorn, Legolas et Gimli. Dans le 3ème opus ‘Le Retour du Roi’, les 3 compères quittent les troupes du Rohan et partent à la recherche de l’Armée des Morts en empruntant la Route de Dimholt qui n’est autre que le chemin qui suit le lit de la rivière et qui passe aux pieds des pinnacles.
Le site est impressionnant de par la taille et le nombre de ces formations rocheuses érodées par le vent et l’eau connues également sous le nom de ‘cheminées de fées’.
Nous avons commencé par découvrir ces piliers de roche sédimentaire en suivant le lit de la rivière et à leurs pieds, nous avons pu observer toute la fragilité de ces géants. L’érosion fait toujours son oeuvre et l’eau transforme sans cesse les paysages de la Putangirua Pinnacles Scenic Reserve. D’ailleurs, le DOC préconise d’être particulièrement attentif aux chutes de pierres, surtout lorsque vous êtes aux pieds des pinnacles et qu’il a plu.
Après le lit de la rivière, le chemin grimpe pour mener au belvédère. De là, on a une vue imprenable sur une colonie de pinnacles faconnés dans la colline d’en face.
Il faut compter entre 2 et 3 heures pour parcourir la boucle proposée par le DOC. L’accès à cette balade est gratuit et ouvert à tous.

Vous avez aimé cet article ? Épinglez-le sur Pinterest !

3 Réponses à “Nouvelle-Zélande | Cap Palliser, la pointe sud de l’Île du Nord

  • Coucou, toujours d’aussi belles photos. Les paysages sont splendides. Les otaries à fourrure adorables. Merci de Continuer a nous faire voyager

Répondre à Marina Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.