Artisanat traditionnel birman, visite des ateliers de Mandalay

Bannière artisans-mandalayMandalay est une ville que j’aime beaucoup et malgré ses apparences de ville poussiéreuse, limite bordélique et qui paraît beaucoup moins attrayante que Yangon au niveau architectural, elle offre beaucoup à tout ceux qui s’y attardent un peu et qui prennent le temps de se l’approprier.
Deuxième plus grande ville du Myanmar, Mandalay est la capitale religieuse et culturelle du pays. La ville regorge de petits ateliers qui font la renommée de l’artisanat traditionnel birman et dans lesquels les artisans transmettent leur savoir-faire depuis des générations.
Petite visite de ces ateliers où les artisans birmans façonnent la matière et créent des objets qui ont une âme et une histoire…

 

LES FEUILLES D’OR

Au Myanmar, l’or revêt une importance toute particulière. Appelées ‘Shwe’ en birman, les fines feuilles d’or sont en vente dans la plupart des pagodes du pays car pour s’attirer les bonnes grâces de Bouddha, les bouddhistes aiment les poser délicatement sur les statues et sur les stupas. Parfois, même, ils les mangent car l’or aurait le pouvoir de prendre soin du coeur.
A Mandalay, à l’intérieur de la Pagode de Mahamuni, le grand Bouddha qui trône au centre de la pagode est tapissé de plus de 15 centimètres de feuilles d’or, le résultat des passages successifs des fidèles qui déposent les fines pétales sur le bronze du Bouddha depuis des centaines et des centaines années.
Depuis des siècles, c’est d’ailleurs à Mandalay que les feuilles d’or sont fabriquées traditionnellement. Au départ, il y a un lingot d’or pur. Puis ce lingot est aplati et étiré à la presse pour former un long ruban d’or, fin et fragile. Pour obtenir des feuilles d’or très fines, le processus de fabrication est extrêmement long et fatiguant. Découpés et enveloppés un à un et chacun dans des feuilles de bambou puis regroupés en un petit paquet, les petits bouts de rubans du précieux métal s’aplatissent au fur et à mesure que la masse de l’ouvrier tombe lourdement sur le petit paquet. Les hommes, qui doivent frapper ce petit paquet d’or pendant plus de 6 heures, finissent par obtenir des pétales d’or si fin que les birmans disent qu’une feuille d’or est aussi épaisse que l’encre posée sur une feuille de papier.
Une fois les feuilles d’or aplaties, il faut les retirer de leurs cocons de bambou et ça c’est le travail des mains expertes des femmes. Délicatement, elles récupèrent les feuilles et minutieusement, elles les découpent une à une en petits carrés aux dimensions standard à l’aide d’une tige de corne et de leur petit doigt et les glissent dans leur nouveau petit cocon de papier pour qu’elles puissent être vendues conditionnées en paquet de 10.

or-1-10-compressor

or-1-compressor

or-1-5-compressor

or-1-4-compressor

or-1-7-compressor

or-1-8-compressor

or-1-9-compressor

or-1-12-compressor

Or-1-13

or-1-11-compressor

Où trouver les ateliers de feuilles d’or ?
A Mandalay, dans la 36ème rue, entre la 77 et la 79ème rue.

 

LA PIERRE DE JADE

Le Jade market de Mandalay est un lieu fascinant. Je l’ai visité avec mon amie Eva, accompagnées d’un guide, alors qu’il n’y avait plus grand monde, aucun touriste, juste quelques tailleurs, polisseurs et marchands qui continuaient de travailler le jade après la fermeture officielle du marché.
Ici, dans les petites allées du Jade market, tout se négocie et les acheteurs, pour la plupart chinois, jettent leur dévolu aussi bien sur des pierres brutes, des blocs de jadéite sur lesquelles ils ont repéré de belles nuances vert-émeraude que sur des pierres finement taillées qui finiront plus tard en colliers, boucles d’oreilles ou en bagues. Je repère très vite ces petits cabochons couleur vert-émeraude, une couleur aussi appelé ‘jade impériale’, et notre guide nous apprend qu’ils se négocient très très cher auprès des acheteurs chinois qui en sont fous.
Le Myanmar possède de nombreuses ressources naturelles parmi lesquelles d’importants gisements de pierres précieuses tels que les rubis, les saphirs et le jade. Premier producteur mondial de jade impérial de très haute qualité, le Myanmar détient d’importantes mines de jade dans le nord du pays, notamment dans l’état Kachin, du côté de Hpakant. Cette région opaque, est entièrement contrôlée par les militaires et par les rebelles de l’Armée pour l’indépendance kachin (KIA) et est totalement interdite aux étrangers. Ici, plus de 50% de la production de jade est vendue illégalement à la Chine ce qui représente des millions de dollars de revenus perdus. Les ouvriers exploités dans ces mines travaillent dans des conditions déplorables et inhumaines…
Si ce sujet vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus sur ces mines de jade, je vous conseille de regarder le documentaire de Minzayar Oo et Wai Yan, The land of Jade.

Jade-1-9

Jade-1-8

Jade-1

Jade-1-2

Jade-1-7

Jade-1-3

Jade-1-4

Où trouver le Jade market ?
A Mandalay, dans la 87ème rue, entre la 39ème et la 40ème rue (attention, les rumeurs disent que le marché pourrait changer de place et déménager du côté de l’aéroport). Pour éviter le monde, allez-y en fin de mâtinée. Pas loin, vous pourrez également visiter le Shwe In Bin Kyaung, un magnifique monastère en tek du 19ème siècle.

 

LES TAPISSERIES BRODEES

Les tapisseries brodées de cet art traditionnel birman très ancien, portent le nom de ‘Kalaga‘.
Entièrement faites à la main, ces tapisseries représentent des figures de la mythologie birmane et du bouddhisme et témoignent, en images, des scènes des Jatakas, les vies antérieures de Bouddha ou du Ramayana. La toile de lin, de coton ou même de soie est richement décorée de perles multicolores et de sequins métalliques, le tout cousu de fils colorés (parfois même de fils d’or) et rembourrée pour donner du relief.
Ces broderies sont très prisées des birmans qui en ornent les murs des monastères et des pagodes.

Tapisserie-1-4

Tapisserie-1-5

Tapisserie-1-3

Tapisserie-1

Tapisserie-1-2

Tapisserie-1-8

Tapisserie-1-7

Tapisserie-1-6

Où trouver les Kalagas ?
A Mandalay, chez Aurora (78ème rue, entre la 35/36ème rue), chez Rocky (84/86ème rue, entre la 26/28ème rue), chez Aung Nan Myanmar Handicraft Workshop (sur la route de Sagaing, aux numéros 97-98-99), et partout au Myanmar, dans toutes les petites boutiques qui pullulent à l’entrée des pagodes.

 

LES MARIONNETTES

Le théâtre de marionnettes, aussi appelé Yoke Thay, remonte au 15ème siècle et a connu son apogée au 19ème siècle. Depuis des siècles, ces spectacles de marionnettes font partie intégrante de la tradition des spectacles populaires du Myanmar. Au temps des dynasties royales, les spectacles étaient donnés devant la cour et également à l’extérieur et pouvait durer des nuits entières. On y jouaient des scènes tirées des Jatakas ou du Ramanayana et il était courant d’y croiser des personnages comme le Prince et la Princesse, le soldat, l’alchimiste, les nats et des animaux mythiques comme la licorne, le garuda et l’éléphant.
La musique traditionnelle, les chants, la danse, le maniement des marionnettes et les textes font des spectacles de Yoke Thay un véritable condensé de traditions artistiques et culturelles du pays. Entièrement fabriquées à la main dans les ateliers de Mandalay, habillées de tissus brodés de perles et de sequins, les marionnettes mesurent entre 45 et 70 centimètres (voir même 1 mètre de haut !). Sur scène, elles s’animent grâce à la dextérité et à l’énergie de leurs porteurs.

Tapisserie-1-10

Tapisserie-1-12

Tapisserie-1-14

Où trouver des marionnettes ?
A Mandalay, chez Aurora (78ème rue, entre la 35ème et la 36ème rue), chez Aung Nan Myanmar Handicraft Workshop (sur la route de Sagaing, aux numéros 97-98-99), et partout au Myanmar, dans toutes les petites boutiques qui pullulent à l’entrée des pagodes.

 

LONGYIS ET TENUES TRADITIONNELLES

Loin de la mécanisation, il existe encore à Amarapura, petite ville située à côté de Mandalay, des ateliers où les artisans travaillent sur des anciens métiers à tisser et où tout se fait à la main. Les bobines de fils de soie et de coton se croisent et vont et viennent sur le métier à tisser et parce que le plus souvent les motifs sont réalisés à l’envers, il faut utiliser un miroir pour pouvoir suivre l’avancement du tissage.
Ici tout est fait à la main, et les artisans utilisent encore les rouets qui servent à filer le coton ou la soie autour d’une bobine. Ils teignent également les fils dans des bains de teintures et peuvent reprendre à l’oeil les motifs d’un longyi à partir d’une simple photo.
Les birmans sont encore très nombreux à porter le longyi, l’habit traditionnel au Myanmar depuis des centaines d’années.
Au fur et à mesure de vos rencontres avec eux, vous remarquerez qu’il existe des centaines de motifs différents sur les longyis. En fait, les motifs définissent, le plus souvent, l’appartenance ethnique de celui qui le porte et comme le Myanmar est composé de plus de 135 ethnies et que chacune possède son style et son code vestimentaire, je vous laisse imaginer la palette graphique qu’offrent les longyis !
Au temps des dynasties royales, seuls le Roi et la Reine avaient le droit de porter le motif royal en forme de vagues, le Lun Taya Acheik. Les habits royaux étaient alors entièrement réalisés avec des centaines de fils de soie.
Aujourd’hui, bien que la mode occidentale soit bien présente chez la nouvelle génération avec le port du jean, beaucoup de birmans continuent de porter le longyi au quotidien. Les birmanes, très coquettes, apprécient que leurs longyis en satin, en soie ou en coton soient fait sur mesure.

Tissage-1-9

Tissage-1-3

Tissage-1

Tissage-1-4

Tissage-1-6

Tissage-1-8

Où trouver les ateliers de tissage ?
A Amarapura ! Pour y aller depuis Mandalay, soit vous prenez le mini bus local, vous louez un vélo (2$ la journée) ou un scooter (12$ la journée) ou une voiture avec chauffeur (18 000 MMK A/R Mandalay-Amarapura pour une voiture).
Vous trouverez également d’autres ateliers de tissage au Lac Inle, où l’on tisse un fil de lotus.

 

… Et bien d’autres encore …

A Mandalay, il y aussi les sculpteurs de marbre et les ateliers de bronze mais je me réserve ces visites lors d’un prochain voyage au Myanmar !


 

Laissez moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *