Balade de l’aventure en plein Paris

Après l’escale africaine à Gorée, le barbu récidive mais cette fois c’est dans les rues de Paris que je vous emmène ! En effet, depuis que ma photographe voyageuse s’est installée à Wellington, de surcroît en cette période de rentrée, se pose toujours l’éternelle question de retrouver un peu de cet esprit d’aventure afin d’agrémenter la routine du traditionnel métro/boulot/dodo.

Pour cela, la capitale offre une multitude de possibilités pour partir explorer le monde sans devoir prendre l’avion. Des nombreuses librairies, aux colloques et conférences à la rencontre des explorateurs, ce que je vous propose, c’est une petite balade parisienne le long de la Seine pour faire le tour de quelques lieux qui vous permettront de vous évader le temps d’une journée, d’un après-midi, voire de quelques heures en sortant du travail.

Au-delà des traditionnels Musées de la Marine (actuellement fermé), du Quai Branly, Institut du Monde Arabe et autres Museum National d’Histoire Naturelle, que je vous recommande également, cette balade sur les bords de Seine va d’un navire à un autre, de la célèbre Boudeuse à la Dame de Canton… Suivez-moi, je vous emmène !

 

 

‘La Boudeuse’, un nom qui à lui seul vous fait faire le tour monde. Cette goélette, qui fut à l’origine un navire de commerce en mer Baltique et en mer du Nord avant de devenir navire-école pour la marine suédoise, a été transformée en trois mats d’expédition par Patrice Franceschi qui la rebaptisa ‘La Boudeuse’ en hommage au célèbre explorateur français Louis Antoine de Bougainville.

Après de multiples aventures, la mission Terre-Océan, a repris le flambeau et la demoiselle a passé quelques mois en attente de nouvelles missions amarrée aux berges de la Seine, à deux pas du pont de l’Alma. Elle a, depuis quelques semaines, quitté la capitale et appareillé pour le Havre pour y fêter le 500ème anniversaire de la ville. Se poser à quelques mètres de ce voilier vous faisait voyager autour du monde en un regard. Les bords de Seine sont toujours l’occasion de s’attarder un peu sur les quais, avec un bon récit de voyage, des aventures de Bernard Moitessier dans les mers du Sud aux ouvrages de Patrice Franceschi, et d’admirer la vue sur ce Paris au fil de l’eau et du monde…

Après la Boudeuse, traversez la Seine et le jardin des tuileries et prenez la direction de l’Opéra. Le quartier des grands boulevards regorge d’Agences spécialisées incitant au voyage. De Terre d’Av, rue Saint-Augustin à Grand Nord Grand Large, à l’angle de la rue de Richelieu, le choix ne manque pas. En passant de vitrine en vitrine, on se prend rapidement au jeu de choisir sa prochaine destination. Pourquoi pas une traversée du Spitzberg à ski, à laquelle je pense depuis longtemps, ou éventuellement un raid kayak dans les splendeurs du Wadi Rum à Oman ? Vous n’aurez que l’embarras du choix pour rêver à vos prochains voyages !

Profitez-en aussi pour passer rue Sainte-Anne à la Librairie Voyageurs du monde, qui en plus d’être une véritable caverne d’Ali Baba du voyage, propose également des rencontres avec auteurs et séances de dédicaces. A l’étage, entre les murs aux étagères couvertes d’ouvrages, un espace dédié ravira les passionnés de cartographie. Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, la simple vue d’un guide sur Zanzibar ou la Papouasie me donne déjà le sentiment d’être en partance pour ces contrées lointaines…

En continuant votre périple, vous passerez rue du Cygne devant le Zango, restaurant spécialisé dans les cuisines du monde, et qui accueille aussi les cafés de l’Aventure. Organisés par la Guilde et la Société des Explorateurs Français, ces cafés ont lieux chaque premiers mardis du mois à partir de 20h00. Cette initiative a pour but de « rassembler, de manière conviviale, les acteurs de l’aventure animés par le même esprit de découverte du monde, pour exposer leurs projets ou partager un retour d’expédition ». Je vous promets qu’après une bonne journée de travail, écouter de jeunes (ou moins jeunes) bourlingueurs passionnés raconter leurs périples autour d’une bonne pinte de bière permet d’oublier tous les soucis !

Après cette pause bien méritée, repassez la Seine et changez d’ambiance dans les rue de Saint-Germain des prés. Au détour de la rue Jacob, vous tomberez sur la Librairie maritime Outremer. Fondée en 1838, cette librairie est l’une des plus anciennes librairies parisiennes et surtout la seule spécialisée autour de la mer et des océans ! Faites comme moi et prenez quelques minutes pour feuilleter de splendides ouvrages qui vous transporterons à travers des siècles d’aventures et sur toutes les mers du monde…

De retour à terre et une fois sur le Boulevard Saint Germain, vous arriverez ensuite devant la Société des explorateurs. Hébergée dans les locaux de la Société de la Géographie, la Mecque des explorations françaises créée en 1937 représente près d’un siècle d’aventures, d’études et de découvertes.

La Société est ouverte à ceux qui partagent l’idée que l’existence même est une aventure. Au sein de cette Institution se côtoient « scientifiques, écrivains voyageurs, journalistes, réalisateurs, diplomates et personnalités aux caractères bien trempés, qui savent cultiver la créativité, l’imagination et la capacité au rêve quel que soit leur âge, dans une société partagée entre les peurs et les rêves qui vibre encore aux plus belles aventures humaines mais refuse de plus en plus la notion de risque ».
Régulièrement, l’amphithéâtre de la Société accueil des conférences que je vous recommande chaudement. Sachez qu’un partenariat avec l’ANAJ-IHEDN a également permis d’organiser un cycle de conférence à la rencontre des explorateurs des temps modernes, dont vous trouverez les vidéos sur le site de l’association. De quoi vous occuper le matin en partant au travail.

Après la Société des explorateurs, un passage par la rue Saint Sulpice vous amènera à la Galerie Jean-Claude Martinez, installée à proximité de l’église. Cette galerie propose toute une collection de magnifiques gravures et lithographies abordant la cartographie, la botanique et bien d’autres thèmes encore. Une excellente idée de cadeaux pour les amoureux de voyages et d’exploration. Il y a toujours moyen de trouver ce que vous recherchez, que ce soit une gravure ancienne des temples de Bagan en Birmanie ou une carte du delta du Niger datant du XIXème siècle.

Une fois le petit souvenir de voyage en poche, suivez le boulevard Saint Germain et profitez-en pour récupérer le dernier catalogue du vieux campeur. C’est un peu plus terre à terre certes, mais cela reste un must have pour prévoir votre équipement pour vos prochaines aventures. Quel apprenti-explorateur n’a pas rêvé en feuilletant les pages sac à dos d’un catalogue Outdoor ? Cela me rappelle toutes ces heures passées, quand j’étais gamin, à feuilleter les pages nautisme et camping d’un ancien catalogue Manufrance de 1978 chez mes grands-parents…

Après le Vieux-Campeur, remontez donc la rue Saint Jacques jusqu’à la Maison des Océans qui héberge l’Institut océanographique de Paris. Cet imposant bâtiment, dont le magnifique amphithéâtre accueilli dès le début XXème les premiers cours d’océanographie, est le théâtre privilégié de rencontres et conférences grand public dédiées au monde marin. Je vous recommande leur cycle de conférences qui est cette année réalisée en partenariat avec Connaissance du monde. Une véritable plongée dans le monde du silence !

Le musée océanographique de Monaco dont dépend la maison des océans vient d’ailleurs de lancer il y a quelques jours Monaco Explorations, une campagnes d’expéditions à travers le monde. Le Yersin, navire écologique de recherches, a appareillé il y a quelques jours pour un périple de 36 mois autour du monde. Cette campagne (20 étapes sont prévues) sous le patronage du Prince Albert II va permettre notamment l’étude des coraux et des espèces marines.

© Monaco Explorations

Si vous avez encore du temps, enjambez de nouveau la Seine et faites un crochet par le port de l’Arsenal et la base Tara, située boulevard Bourdon. L’équipe y expose régulièrement des œuvres liées au voyage et à l’exploration. J’aime également me poser sur les quais les jours de beau temps, juste pour regarder les petites vedettes et voiliers amarrés sur le canal.

Enfin, quoi de mieux que de terminer cette balade de l’aventure à bord d’une jonque en sirotant un verre ? Quai François Mitterrand, rendez vous à bord de la Dame de Canton. Cette jonque chinoise amarrée au pied de la BNF fut la première à avoir passé le Cap de Bonne Espérance lors de l’expédition Jonque’tion 79. A la fin des années soixante-dix, de jeunes français réussissent le pari fou de faire fabriquer une authentique jonque chinoise traditionnelle sur le chantier naval de Canton, en suivant des plans datant du XVIIème siècle. Après avoir navigué pendant plus de dix ans à la découverte de l’Asie, l’Afrique, l’Europe et des Amériques (au total une quarantaine de pays) la Dame de Canton s’est finalement amarrée au cœur de Paris et ouvre maintenant ses portes au public. C’est désormais un bar restaurant fort agréable pour prendre un verre les soirs d’été en bord de Seine et rêver à ses prochaines aventures…

C’est ici que la balade se termine ! Paris regorge d’autres lieux dédiés à l’aventure qui vous feront voyager par l’esprit, si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à me laisser un petit mot ! J’espère que cette balade vous a plu, j’aurai peut-être le plaisir de vous croiser au coin d’une rue, lors d’une conférence ou dans les rayons d’une librairie à préparer vos prochains voyages !

Laissez moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *